Le MCS expliqué

L’intolérance aux produits chimiques est décrite aux Etats-Unis sous le terme de « Toxicant-Induced Loss of Tolerance » (TILT) ou « perte de tolérance induite par les produits chimiques ». Comme pour le SICEM, ce syndrome devrait entrer dans le cadre des intolérances environnementales idiopathiques » de l’OMS. Cependant l’usage prévaut de dénommer ce type d’intolérance « multiple chemical sensitivity » (MCS) ou « sensibilité multiple aux produits chimiques », ce qui revient à confondre l’intolérance induite par les produits chimiques avec la survenue d’une hypersensibilité.

http://www.ehs-mcs.org/fr/_40.html

Quels traitements contre MCS ?

A ce jour, il n’existe pas de traitement pour guérir des MCS. Le traitement consiste en une suppression stricte des sources chimiques. Lorsque les patients MCS doivent se rendre dans des bâtiments publics, il est préférable qu’ils se couvrent la peau pour empêcher l’absorption et qu’ils portent des masques pour éviter l’inhalation. En effet, ce sont des lieux où l’on trouve rafraichisseurs d’air, produits de nettoyage et pesticides, qui peuvent profondément indisposer les patients MCS.

 

MCS, ça N’est PAS…

...une maladie psychologique MCS N’est PAS un désordre mental, ni une maladie mentale. Des études ont montré que MCS est uneréelle maladie physiologique. Il est normal que l’anxiété et la dépression (symptômes MCS) apparaissent chez une personne face à une maladie incurable et à la perte de son ancien mode de vie, ses liens affectifs et sa carrière

...une allergie MCS N’est PAS une allergie. Les réactions allergiques sont médiées par les immunoglobulines, pas les MCS. Les traitements pour les allergies ne permettent pas de soigner les MCS.

... une réaction à des odeurs particulières C’est une réaction aux produits chimiques. Souvent, les patients réagissent à des produits chimiques qui n’ont pas d’odeur ! De même, les personnes sans odorat sont aussi exposées que les autres.

 

MCS: Une maladie silencieuse

L’hypersensibilité chimique touche différents organes d’un individu à un autre, avec une intensité variable. On distingue désormais 3 stades qui peuvent éventuellement nous mettre en alerte lors d’une exposition à un produit chimique.

stade 0: exposition tolérée sans manifestation

stade 1:  exposition provoquant l’apparition de troubles bien précis (nausée, céphalée, rougeurs etc..)

stade 2: exposition continue créant des troubles chroniques dus à l’inflammation d’un ou de plusieurs organes

stade 3: installation de trouble dans la durée (due à l’apparition de fibroses, lésions des tissus  etc…). Plusieurs organes peuvent être contaminés ce qui peut être le signe d’une hypersensibilité chimique déclarée.

Diagnostiquer un syndrome de sensibilité chimique en France reste compliqué et peut prendre plusieurs années. La plupart des individus atteints sont dans l’errance médicale la plus absolue, et ne nécessite d’aucun soutien et assistance adéquate. La MCS n’étant pas reconnue comme une maladie officielle, les spécialistes de la santé ont tendance à orienter rapidement leur patients chez des psychothérapeutes.

Quelles sont les conséquences d’une telle maladie sur le quotidien des patients ?

La sensibilité aux produits chimiques des patients atteints de MCS est de l’ordre de 1000 fois plus importante que chez les personnes non atteintes.Ceci provoque une altération considérable de la qualité de vie des patients les plus atteints :-perte du travail à cause des symptômes très lourds-perte des interactions sociales à cause de l’incapacité à approcher des personnes portant des traces de shampoing, gel douche, produits cosmétiques ou lessive.Pour les cas les plus extrêmes, l’isolement devient quasi-total : impossibilité de se rendre dans les infrastructures publiques (grandes surfaces, magasins, banques, mairies, etc.) en raison des trop fortes agressions chimiques

Que se passe-t-il dans le corps ?

Tout commence par une phase de sensibilisation lors d’une exposition à un ou plusieurs produits chimiques. Il peut s’agir d’une seule et très forte exposition (dite aigüe) à une seule substance ou d’expositions répétées à de faibles concentrations de plusieurs substances chimiques (exposition chronique).Ces produits chimiques initient un mécanisme biochimique dans le cerveau qui marque l’entrée dans un cercle vicieux : le cycle NO/ONOO (prononcer « No ! Oh no! »). C’est L’INITIATION de ce cycle qui CAUSE LA MALADIE.Les symptômes vont ensuite souvent en s’aggravant et l’organisme réagit à des concentrations de plus en plus faibles de substances chimiques de plus en plus nombreuses, dont certaines n’ont rien à voir avec celles responsables de la sensibilisation initiale.

NB : Le rôle de ces produits chimiques toxiques dans l’initiation du syndrome MCS a été confirmé par une mise en évidence génétique. En effet, il a été démontré que 6 gènes influençant le métabolisme de ces produits chimiques influencent également la sensibilité aux MCS.

Classement international des maladies à l’OMS

Aujourd'hui, l'hypersensibilité est classé à l'OMS dans le classement international des maladies CIM10 au chapitre 19T 78-4 (hypersensibilité, idiosyncrasie)

https://icd.who.int/browse10/2008/fr#/T78.4

Mise en danger de la vie

Dans ses formes les plus sévères, le MCS peut mettre en danger la vie des patients.

Plusieurs organes peuvent être contaminés ce qui peut être le signe d'une hypersensibilité chimique déclarée. Diagnostiquer un syndrome de sensibilité chimique multiple en France reste compliqué et peut prendre plusieurs années. Il existe pourtant le questionnaire QUEESI qui est un outil probant et simple d'utilisation pour diagnostiquer le MCS.

la plupart des individus atteints sans dans l'errance médicale la plus absolue, et ne bénéficient d'aucun soutien ni d'assistance adéquat.

le MCS n'étant pas reconnu comme maladie officielle, les spécialistes de la santé ont tendance orienter à tort rapidement leurs patients chez des psychothérapeutes.

Ainsi le malade ne bénéficie pas de conseils utiles pour limiter la progression de la pathologie qui évolue vers le stade 3.

Certains médecins (sans connaissance de la maladie) vont même mettre leurs patients en danger en leur déconseillent d'appliquer les mesures qui éviterait la progression vers le stade 3.

Aujourd'hui, la maladie est extrêmement difficile à vivre au quotidien puisque il faut éviter les vieux où l'on est exposé à des substances chimiques comme les centres-villes, supermarchés, administrations, cinémas, pharmacies, dentistes, hôpitaux...

Conditions d’avoir le mcs

Les symptômes sont reproductibles avec expositions répétées aux produits chimiques.

La condition est chronique.

De faibles niveaux d'exposition (plus bas que précédemment au communément tolérés) résultent en des manifestations des symptômes.

les symptômes s’atténuent ou disparaissent lorsque les irritants sont supprimés (plus ou moins rapidement selon la durée et la fréquence d'exposition).

On constate des réactions à de multiples substances non reliées chimiquement.

 

 

Les concéquences sur l’organisme et la qualité de vie

Les symptômes impliquent plusieurs systèmes d'organes « c'est une hypersensibilité aux molécules de synthèse, aussi bien par ingestion, contact ou inhalation. Elle touche toutes les sphères, ORL, la digestion, la peau, les articulations, les troubles cognitifs, l'énergie...

De plus c'est une maladie accumulative, c'est-à-dire que plus on est exposé, plus elle s’aggrave.

Elle est aussi irréversible, même si les bons réflexes permettent d'atténuer les symptômes.

La maladie « affecte la qualité de vie, contraignant à l'isolement social ou l’éviction de certains lieux, en raison de trop fortes agressions chimiques (grandes surfaces, magasins, banques, mairies...) ». Confrontés à un enfer quotidien, certains mettent fin à leurs jours.

les mécanismes impliqués dans cette maladie font intervenir des cercle vicieux au niveau du stress oxydatif et de la réaction inflammatoire avec altérations de circuits neurologiques au niveau de la perception et de la réponse aux stimuli extérieurs. Si la maladie est un traumatisme pour celui qui la subit, elle l'est aussi pour son entourage.

Les cas de MCS peuvent être initiés par exposition à :

Un composé appartenant à la très grande famille des solvants organiques (formaldéhyde, benzène,... ou dérivés

l'une des trois classes de pesticides : organophosphorés et carbamate, organochlorine, pyéthroide

Du mercure, les métaux lourds, plomb, nickel... et dérivés

Du sulfate d'hydrogène

Du monoxyde de carbone

le MCS n’est pas une maladie psychologique

le MCS n'est pas un désordre mental, ni une maladie mentale, contrairement à ce que pensent de nombreux chercheurs et personnels soignants mal informés. Ceci les conduit à diagnostiquer et traiter les patients MCS de façon inadaptés. Des études ont montré que le MCS est une réelle maladie physiologique.

l'anxiété et la dépression (symptômes MCS) apparaissent chez les patients souffrant de maladies chroniques, comme le cancer et l'arthrite rhumatoïde, qui ne sont pas des maladies mentales. Les patients MCS ne sont pas différents des patients atteints de cancer ou d'arthrite rhumatoide. Il est normal que la dépression apparaît chez une personne qui se retrouve face à une maladie invalidante et chronique et à la perte de son ancien mode de vie, ses liens affectifs et sa carrière.

Fiche ASEF

L’hypersensibilité chimique multiple

TEST MCS

Diagnostique du MCS par le Queesi

Diagnostique du MCS par le Qeesitaty

Symptomes et l’environnement qui rend malade

Les symptomes

QUAND L’ENVIRONNEMENT REND MALADE